Accueil - ACTUALITE - Mali: Alpha Telecom, à l’eau?

Mali: Alpha Telecom, à l’eau?

Cela fait des mois que l’on annonce son arrivée imminente sur le marché de la téléphonie au Mali. Mais le troisième opérateur semble avoir bien du mal à lancer ses activités. La signature de la concession avait eu lieu le 12 février 2013. Les consommateurs se sont réjouis de l’arrivée de ce troisième larron qui viendrait forcer la concurrence.

Les chercheurs d’emploi ont monté leurs dossiers, et… plus rien. L’opérateur de téléphonie mobile du Mali, Alpha Telecom, est depuis aux abonnés absents. Selon l’agence d’informations économiques Ecofin, il rencontrerait beaucoup de difficulté dans la mise en exploitation de sa licence télécom. Appollinaire Compaoré, le président directeur général du nouvel opérateur télécom, semble accumuler les déboires.

Les travaux d’installation du réseau qui étaient annoncés depuis janvier 2014 n’ont pas encore été finalisés, certains chantiers comme celui du quartier Niaréla seraient même à l’arrêt. Les habitants du quartier qui n’auraient pas apprécié les désagréments causés à leur environnement auraient obtenu de la municipalité la suspension des travaux.

 

 

Déboires judiciaires
Au-delà de ces revers sur le terrain technique, Appollinaire Compaoré multiplie également les procès. Il a été assigné devant le tribunal du Commerce de Paris par son ancien associé dans l’acquisition de la 3ème licence de téléphonie mobile du Mali, Cessé Komé. Ce dernier l’accuse de n’avoir pas respecté ses obligations contractuelles et financières dans le cadre de leur partenariat.

L’autre plainte contre Appollinaire Compaoré devant la justice, est instruite par la Société Ouest-Africaine de Développement (SOAD-SARL), l’intermédiaire retenu par l’homme d’affaire burkinabé, par ailleurs Pdg de Planor Afrique SA, pour l’assister auprès des autorités maliennes dans l’acquisition de la licence mobile. Accusant son partenaire de non-respect de ses engagements, SOAD-SARL a saisi le tribunal de commerce de Bamako pour le paiement intégral de ses commissions, estimées à 5 milliards CFA ; mais aussi, pour le versement de 500 millions CFA à titre de dommages et intérêts.

Pour les syndicats qui avaient contesté au départ l’attribution de cette 3ème licence mobile à Appollinaire Compaoré, le temps semble leur donné raison sur l’échec redouté de cette entreprise, entachée par des soupçons d’irrégularités dans le processus d’attribution de cette licence.

Voir aussi

UNI Africa Femmes: innovent à travers le continent par le biais des syndicats dynamiques et dynamiques

Plus de 100 femmes à travers le continent africain se sont réunis à Dakar pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *