Accueil - ACTUALITE - Orange-Mali- Service Orange-Money : les travailleurs dans l’enfer du sous-emploi

Orange-Mali- Service Orange-Money : les travailleurs dans l’enfer du sous-emploi

Orange-Mali, qui se veut une entreprise citoyenne pour répondre aux besoins de sa clientèle, a offert à ses derniers un service dénommé Orange-Money. Ce service permet aux clients d’épargner de l’argent, de transférer et de recevoir de l’argent ou des crédits.

C’est ainsi que des kiosques Orange-Money ont poussé à travers le pays comme des champignons. De ce fait, beaucoup de jeunes diplômés sans emploi ont gagné un «emploi temporaire» en qualité de gérants de kiosques grâce à cette politique de la société Orange-Mali. Mais aujourd’hui, cet espoir suscité auprès de ces jeunes à travers Orange-Money, tourne au vinaigre.

En réalité, c’est un «enfer» que vivent ces gérants de kiosques. Tenez, comme gain, un gérant a 45 Fcfa sur 20.000 Fcfa. «Nous travaillons dans la galère. Dans mon kiosque, il fait chaud et quand il pleut, je suis mouillé. Tout cela, pour gagner 45 Fcfa si je réalise 20.000 Cfa d’opération.

Et il me faut chaque matin, du lundi au samedi, me rendre au siège d’Orange-Mali pour chercher mon matériel de travail et à la fin de la journée, il faut que j’y retourne pour faire le versement, alors que je n’ai pas souvent de carburant», nous révèle un gérant d’un kiosque situé à Banankabougou.

À un notre de Sirakoro d’ajouter : «Vraiment, ce n’est pas du boulot, c’est du sous-emploi. On nous exploite parce que nous sommes des chômeurs, mais que faire ? Mes parents et mes amis croient que je travaille, alors que je ne gagne rien. Ceux qui m’aidaient, m’ont tous abandonné, se disant que je gagne quelque chose maintenant. En vérité, c’est un véritable calvaire pour moi, car si lors d’un versement, il manque 5 Fcfa ou je fais une maladroite transaction, je dois rembourser».

Puis à un autre de Niamakoro d’enfoncer le clou : «J’ai même envie d’abandonner. Ce que nous faisons, cela ne s’appelle pas du travail. Nous vivons et travaillons dans des conditions assez précaires. Et tant pis pour vous si vous tombez malade, vous serez purement et simplement remplacé, sans autre forme de procès. Cela ressemble à de l’exploitation. Nous demandons aux responsables d’Orange-Money, et par conséquent à Orange-Mali, de revoir nos conditions de vie et de travail».

À travers ces réactions, on sent bien qu’il y a un véritable malaise au sein des gérants des kiosques d’Orange-Money. Et pourtant, ce service d’Orange-Money est tant convoité par les populations. À ses responsables donc de soigner leur image en revoyant les conditions de vie et de travail de leurs employés.

 

Bruno E. LOMA

Source: Le Reporter

Voir aussi

UNI Africa Femmes: innovent à travers le continent par le biais des syndicats dynamiques et dynamiques

Plus de 100 femmes à travers le continent africain se sont réunis à Dakar pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *