Accueil - ACTUALITE - Mouhamadou Mbodj – «La Sonatel ne sera jamais une filiale française»

Mouhamadou Mbodj – «La Sonatel ne sera jamais une filiale française»

Le coordonnateur national du Mouvement du 23 juin (M23), Mouhamadou Mbodj, a soutenu lors d’une rencontre avec presse que les travailleurs de la Sonatel sont victimes de «recolonisation consentie» et que ladite société ne deviendra «jamais une filiale étrangère».

«Si France Telecom veut s’accaparer de la filiale Sonatel, c’est parce qu’il a reçu l’aval des autorités sénégalaises. Donc, nous savons tous que la Sonatel se trouve dans une situation de recolonisation consentie, et sous une autre forme. France Telecom où Orange France ne peut pas faire de la Sonatel une filiale française. Nous ne l’accepterons pas», a martelé Mouhamadou Mbodj.

Il a par ailleurs invité les Sénégalais à faire preuve de patriotisme et de résistance pour faire comprendre au président français François Hollande qu’ils «en ont marre d’être volés».

«Certes, nous sommes dans un pays qui a subi la traite des esclaves et la colonisation. Mais, il est temps de ramener à la raison toutes les multinationales implantées dans ce pays», a plaidé le coordonnateur du M23, au terme de la conférence de presse co-organisée avec l’intersyndicale des travailleurs de la Sonatel.

Selon M. Mbodj, cette tentative de démanteler, de délocaliser la Sonatel doit rester vaine. Pour ce faire, il a préconisé l’implication de toutes les forces vives de la nation, de tous les syndicats et de tous les Sénégalais afin d’empêcher France Telecom de dérouler ses programmes et projets au Sénégal.

Le coordonnateur du M23 n’a pas également de fustiger l’importation en Roumanie de la plateforme Orange Money, qui selon lui, a initiée et démarrée au Sénégal. «C’est une autre forme de colonisation déguisée. Nous en avons assez d’être spoliés, volés par la France et les étrangers. Il faut que tous les occidentaux le sachent», a prévenu, Mouhamadou Mbodj.

Toutefois, le patron du M23 a mis en garde le Fonds monétaire international et la Banque mondiale. Deux institutions qui, selon lui, n’arrêtent pas d’exercer un chantage «odieux» sur les autorités sénégalaises.

Il a affirmé que les générations futures vivront dans une extrême pauvreté si l’Etat ne réagit pas le plus rapidement possible.

Voir aussi

UNI Africa Femmes: innovent à travers le continent par le biais des syndicats dynamiques et dynamiques

Plus de 100 femmes à travers le continent africain se sont réunis à Dakar pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *